Découvrez le nouveau visage d’Energy Observer

24.04.2019

Découvrez le nouveau visage d’Energy Observer

24 avril 2019 . 
Thélem assurances

Energy observer vient d’intégrer une nouvelle technologie qui pourrait bien révolutionner le transport maritime du futur : des ailes de propulsion éolienne, une technologie encore jamais testée à l’échelle d’un si grand bateau !
Le 18 avril a été une journée historique pour l’équipe d’Energy Observer qui a suivi de près l’installation des deux ailes Oceanwings®.

Rotatives, autoportées et 100% automatisées, elles permettront d’augmenter la vitesse du navire et de produire de l’hydrogène pendant les navigations, par électrolyse de l’eau de mer.

Alors qu’il constitue une ressource inépuisable en mer, le vent reste encore difficile à exploiter pour le transport maritime à grande échelle.
Energy Observer, en tant que navire expérimental, s’est fixé pour mission de tester toutes les solutions disponibles et prometteuses. Lors des premières campagnes de navigation, Energy Observer a testé 2 éoliennes à axe vertical pour la production, et une aile de traction pour la réduction des dépenses énergétiques. Le navire teste aujourd’hui un tout nouveau système combinant les avantages de l’un et de l’autre : un propulseur éolien. Les ailes Oceanwings® vont permettre de réduire la consommation énergétique du navire, d’accélérer sa vitesse mais surtout de produire de l’énergie et de l’hydrogène tout en naviguant.

12 mètres d’envergure

Soit les Oceanwings® les plus grandes testées à ce jour. Elles sont le fruit d’un concept breveté par VPLP design, un cabinet de dessinateurs et d’architectes navals, co-développé avec CNIM (Constructions industrielles de la Méditerranée) où elles sont assemblées.
Energy Observer va ainsi permettre un retour d’expérience inédit pour le transport maritime du futur. Les ailes, d’une surface de 31,5 m² chacune, sont autoportées et rotatives à 360°.

Grâce à l’Ademe, un prototype fonctionnel complet de 8 m d’envergure a permis de valider la faisabilité des ailes, de fiabiliser les systèmes et de boucler les relevés de navigation sur les modèles de prédiction de performance (VPP) développés en interne. C’est d’ailleurs en naviguant grâce à ce prototype avec Marc Van Peteghem, lors de l’Odyssée pour le Futur d’Energy Observer, que Victorien Erussard a été conquis par la technologie.

Elles seront, dans un premier temps, habillées d’Hydranet, un tissu résistant capable de recevoir une peinture ou un vernis. Les ingénieurs d’Energy Observer travaillent à la sélection des meilleures technologies de panneaux photovoltaïques souples pour les rendre solaires, donc capables de produire de l’énergie photo-électrique.

Alors que jusqu’à présent la production d’hydrogène était limitée aux escales, l’installation des Oceanwings® ouvre la voie à la production d’hydrogène pendant les navigations. Seulement 1h à 2h par jour dans un premier temps mais en intégrant l’hydrogénération par la conversion des moteurs électriques, c’est un appoint d’énergie indispensable pour l’Europe du Nord où les conditions d’ensoleillement seront moins favorables.

Energy Observer fera escale à Hambourg du 26 avril au 5 mai prochain où le public pourra découvrir les nouvelles technologies embarquées.