Ramonage : ne faites pas l’impasse !

13.03.2019

Ramonage : ne faites pas l’impasse !

13 mars 2019 . 
Thélem assurances

Qu’est-ce que le ramonage ?

Le ramonage constitue une action d’entretien nécessaire à la sécurité d’un appareil de production de  chaleur, à partir du bois, du charbon, de pellets, de granulés ou de bûches compressées. Il concerne donc les cheminée, les poêles, les chaudières à bois ou granulés et les inserts.

Selon la Commission de sécurité des consommateurs, le ramonage est « constitué d’une suite d’opérations mécaniques destinées à enlever les résidus, combustibles ou non, déposés sur la face interne du conduit d’évacuation et à vérifier la vacuité de celui-ci sur toute sa longueur. A cette occasion, l’étanchéité du conduit doit également être contrôlée »

Il existe différents types de ramonage : le ramonage mécanique effectué à l’aide d’une brosse appelée « hérisson »,  et le ramonage chimique effectué à l’aide de poudre de ramonage ou de bûches de ramonage.
Seul le ramonage mécanique est imposé par la loi, les produits chimiques constituent seulement une aide à l’élimination des suies et des dépôts dans le conduit.

Pourquoi doit-on faire ramoner sa cheminée ?

Le ramonage permet de prévenir les risques d’intoxication au monoxyde de carbone ou d’incendie du conduit de cheminée.

En plus d’assurer la sécurité des habitants, le ramonage permet à la cheminée de moins polluer et de mieux restituer la chaleur (meilleur tirage). Vous économisez du bois et protégez la planète en même temps !

Un ramonage effectué par un professionnel dure une vingtaine de minutes et coûte en moyenne de 30 à 80€. L’obligation de ramonage s’applique au propriétaire, mais la charge incombe à l’occupant du logement : ainsi, si vous êtes locataire, le ramonage est souvent inclus dans les charges locatives.

La législation en matière de ramonage

La réglementation applicable au ramonage des cheminées est fixée au niveau local par le biais d’un arrêté préfectoral. Ces règles figurent dans le règlement sanitaire départemental de la commune où vous habitez (consultable en préfecture ou en mairie). L’obligation varie en général d’un à deux ramonages par an en fonction des départements.

En cas de manquement à l’obligation de ramonage, vous vous exposez à une contravention de troisième classe (200€ d’amende).

Les opérations de ramonage doivent être effectuées par un professionnel reconnu par l’organisme professionnel de qualification et de classification du bâtiment (Qualibat).

Dans de nombreuses régions, ce sont les entreprises de chauffage qui se chargent de ces travaux. À la fin des opérations, l’entreprise doit vous remettre un certificat de ramonage, qui peut être réclamée par votre assureur.

Si vous savez ramoner un conduit et que vous utilisez beaucoup votre cheminée / poêle, vous pouvez effectuer un ramonage supplémentaire vous-même, en plus du ramonage par un professionnel qualifié.

La question de l’assurance

L’obligation de ramonage dépend des compagnies d’assurances. Si votre assurance exige le ramonage et que cette obligation n’est pas respectée, vous risquez :

  • soit une absence de garantie (peu probable pour la garantie incendie)
  • soit une diminution de l’indemnisation

Thélem assurances n’exige pas de certificat de ramonage de la part de ses assurés et ne les sanctionne pas en cas de sinistre. Mais la sécurité est de mise ! Un conduit ramoné prévient les incendies et les intoxications au monoxyde de carbone, malheureusement nombreuses en période hivernale.

 

Les chiffres

  • L’hiver dernier (2015/2016), en France, l’Agence Nationale de Santé Publique a recensé 871 épisodes d’intoxication domestique au monoxyde de carbone impliquant 3 608 personnes.
  • Un ramonage par un professionnel coûte entre 55 et 80 € en région parisienne, et de 30 à 80€ en province

Informations mises à jour en avril 2019